Cité Médiévale de Guérande

cité médiévale

Guérande est régulièrement occupée depuis le Néolithique, comme le montrent les nombreux mégalithes et les vestiges de l’époque gauloise et gallo-romaine. Cependant, la naissance de la paroisse est traditionnellement attribuée à Waroc’h (577-594), prince vannetais, qui aurait construit un baptistère à l’emplacement actuel du chœur de la collégiale Saint-Aubin. Vers 848, sous le règne de Nominoë, la ville devient le siège d’un évêché temporaire, puis bénéficie de la fondation, attribuée au roi breton Salomon, d’un collège de chanoines. Après l’an 1000, les premières défenses s’accompagnent de la mise en place d’une organisation politique et administrative. Mais, ces fortifications sont insuffisantes pour arrêter, en 1342, les troupes de Charles de Blois alliées contre Jean de Montfort, prétendants tous 2 au trône de Bretagne. Les traités signés en 1365 et en 1381 mettent fin à cette guerre de Succession et inaugurent « l’âge d’or » que Guérande connaît à la fin du Moyen Age. Une nouvelle enceinte fortifiée est alors construite. La cité se développe autour du commerce du sel et du vin et se dote d’une flotte maritime importante. A partir du 16e siècle, l’ensablement de ses sites portuaires et l’affaiblissement du sel comme monnaie d’échange lui font perdre sa puissance maritime au profit du Croisic et du Pouliguen. La disparition de la vigne et la suppression de son collège de chanoines, pendant la Révolution, affaiblissent encore Guérande, avant qu’elle ne connaisse un nouvel essor notamment dû au tourisme.

Publié par

Jean-Philippe

Passionné d'informatique depuis 1978. J'aime la photo et la vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *